Ayez la joie de l'espérance. Tenez bon dans l'épreuve.

(Romains 12,12)

Qu’advient-il donc de la « joie de l’espérance » quand le malheur nous frappe, directement ou dans notre environnement immédiat? La lettre de saint Paul aux Romains, dont est tirée la thématique de l’an dernier - « ayez la joie de l’espérance » - exhorte également : « tenez bon dans l’épreuve ». « Il y a un temps pour tout » disait l’Ecclésiaste ; eh bien, nous voici dans le temps de l’épreuve. Mais au fait, de quoi s’agit-il ?

Ce que nous avons vécu début 2020, par exemple, relève de l’épreuve en tant qu’adversité : nous avons vu des personnes tomber malade du Covid 19, voire en mourir ; nos habitudes de vie ont été réduites par des contraintes drastiques imposées en peu de temps (confinement, approvisionnement, emplois suspendus…) ; tandis que la pandémie s’estompe peu à peu, l’avenir s’annonce bien sombre pour de nombreux foyers menacés par les difficultés économiques.
Plus généralement dans notre vie, l’adversité prend déjà la forme des maux plus courants mais non moins pénibles qui génèrent des souffrances : la maladie, les échecs professionnels, les séparations familiales, les accidents de la vie, la mort des proches…

L’épreuve est inéluctable dans nos vies. Mais face à l’adversité nous ne réagissons pas de la même manière : l’épreuve est alors une vérification de ce que nous sommes, ou plutôt de qui nous sommes : quelles sont les valeurs qui fondent notre vie, et notre société ? quelles sont nos ressources ? que
sommes-nous prêts à changer en nous ? Et que sommes-nous prêts à lâcher de ce qui n’est pas nous ?

L’épreuve vient aussi interroger notre sens de la solidarité, elle nous appelle à sortir de nous-mêmes et à nous rendre présents à l’autre, aux autres, au monde.

L’épreuve, on en parle dans la Bible - oui, cette bibliothèque remplie de bouquins relatant toutes les fois où Dieu est entré en relation avec l’Homme, sa vie, ses joies, ses questions et ses… déboires.

Allez, un petit florilège. Ben Sira le Sage prévient :
"Mon fils, si tu viens te mettre au service du Seigneur, prépare-toi à subir l’épreuve ;
fais-toi un cœur droit, et tiens bon ; ne t’agite pas à l’heure de l’adversité.
Attache-toi au Seigneur, ne l’abandonne pas, afin d’être comblé dans tes derniers jours.
Toutes les adversités, accepte-les ; dans les revers de ta pauvre vie, sois patient ;
car l’or est vérifié par le feu, et les hommes agréables à Dieu, par le creuset de l’humiliation. Dans
les maladies comme dans le dénuement, aie foi en lui.
Mets ta confiance en lui, et il te viendra en aide ; rends tes chemins droits, et mets en lui ton
espérance."

La Vierge Marie, co-rédemptrice de nos âmes, nous indique le chemin dans saint Luc :
17 « Marie retenait tous ces évènements et les méditait dans son cœur »

Saint Paul, dans sa première lettre aux Corinthiens, se veut rassurant :
13 L’épreuve qui vous a atteints n’a pas dépassé la mesure humaine. Dieu est fidèle : il ne permettra pas que vous soyez éprouvés au-delà de vos forces. Mais avec l’épreuve il donnera le moyen d’en sortir et la force de la supporter.

L’apôtre Saint Jacques (décapité peu après par Hérode) y va de son petit conseil feel-good :
02 Considérez comme une joie extrême, mes frères, de buter sur toute sorte d’épreuves.
03 Vous le savez, une telle vérification de votre foi produit l’endurance,
Ou encore :
12 Heureux l’homme qui supporte l’épreuve avec persévérance, car, sa valeur une fois vérifiée, il recevra la couronne de la vie promise à ceux qui aiment Dieu.

Et que dire des psaumes, le 26 par exemple : « Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ?»

Combien sont-ils, ces hommes et ces femmes autour de nous, qui se relèvent d’un échec et s’en sont servi pour embellir leur vie ?
La Vierge Marie, pour prendre un exemple loin d’être mièvre, ne subit pas les évènements. Elle cherche à en discerner le sens pour y découvrir la volonté de Dieu. Elle reçoit, Elle accepte profondément, sans toujours tout comprendre tout de suite. Mais elle cherche, elle réfléchit avec son cœur autant qu’avec sa raison.

Combien encore de témoignages précieux trouvera-t-on par ailleurs dans nos vies pour prendre conscience du fait que nous ne sommes jamais seuls ! Que l’épreuve nous appelle à grandir et à fleurir!

La Croix est aussi l’arbre de Vie …

Alors, haut les cœurs ! Hold on to the rock ! Car après tout : « Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie »

L'équipe de Lire aux Eclats