Ô temps, poursuis ton vol. « Ayez la joie de l'espérance »

(Romains 12,12)

A l’image de Lamartine, de nombreux artistes ont questionné la notion du temps qui passe.

Comme lui, nous souhaiterions parfois que le temps s’arrête, spécialement lorsque nous vivons un moment très agréable. Et à la fois, c’est un temps non pas figé, qui ne serait alors plus temps mais éternité, mais un temps qui s’écoule qui est une composante essentielle de notre vie humaine et qui donne sa valeur à l’instant. C’est bien ce qu’ont expérimenté les Apôtres au moment de la Transfiguration lorsqu’ils ont proposé de monter trois tentes : ils ont goûté à une réalité et une vérité sur le temps et l’éternité, au travers du visage du Christ qui était à la fois éternel et présent. Cette tension, chaque être humain peut l’éprouver : vouloir que le temps soit suspendu et en même temps se réjouir qu’il suive son cours, par désir et porté par une espérance. Nous aimons en effet voir le temps se déployer, habiter par notre vie ce temps qui passe et évoluer avec lui. C’est pourquoi nous avons souhaité pour ce thème d’année modifier la citation de Lamartine en remplaçant le terme « suspends» par « poursuis » ton vol, ce qui nous amène à nous questionner pour l’année à venir sur notre rapport au temps : comment le vivre de manière féconde ?

Enfance, adolescence, âge adulte, vieillesse. Temps passé, temps présent, temps futur : nous sommes inscrits dans une temporalité. Parmi nous, certains sont sans cesse tournés vers le passé avec nostalgie, vers un âge d’or que l’on voudrait voir revenir ; à l’inverse d’autres ne cessent de se projeter et de rêver de l’avenir, d’autant plus qu’il y a une insatisfaction. Comment, alors, rester sur une ligne de crête qui nous permette de vivre pleinement le temps présent, enracinés dans une histoire et tournés vers l’avenir ? Quel enrichissement mutuel trouve-t-on à cultiver les relations intergénérationnelles ?

Par ailleurs, nous ne pouvons maîtriser le temps qui passe mais la question de la gestion du temps est omniprésente dans nos vies. Nombre d’auteurs ou de coach se donnent pour mission de nous y aider, dans un objectif affirmé d’efficacité, de rendement et d’organisation du temps personnel tandis que d’autres soulignent l’importance de laisser de la place à l’imprévu, au temps libre et à l’ennui dans nos vies.

Notre époque moderne est notamment marquée une accélération à tous les niveaux : la plus évidente, l’accélération technique des transports, de la communication, et de la production, mais également l’accélération du changement social et l’accélération de la vitesse de la vie (Hartmut Rosa, sociologue). A l’opposé, des voix s’élèvent pour faire l’éloge de la lenteur, du respect du rythme naturel, de la méditation et de la contemplation ; en atteste par exemple le regain d’engouement pour la marche ces dernières années, comme « un pied-de-nez à la modernité » (David Le Breton, l’éloge de la marche).

Entre vitesse et lenteur, organisation et temps libre, efficacité et attention à l’autre, temps personnel et vie de groupe, introspection, contemplation et action, activités concrètes et intellectuelles, vie affective et vie spirituelle…comment tendre vers un juste et bon équilibre dans notre rapport au temps ?

Sur le plan de la Foi, il existe avec le temps l’incroyable mystère présent autour du Christ : le déjà-là, l’attente et la mémoire. Cela pourrait être par exemple rapproché des trois vertus théologales : la Foi comme expression du passé car une croyance est pour une partie basée sur un récit inscrit dans le temps (la Jérusalem terrestre), l’Espérance comme une projection sur quelque chose à venir avec la Jérusalem Céleste, et la Charité qui est le temps présent où nous devons construire la Jérusalem avec nos frères et sœurs. Qu’est-ce alors que ce mystère ? Si nous considérons la charité, comment ordonner notre temps pour cela ?

(Saint Augustin lui-même a déclaré ne pas pouvoir définir clairement le temps : « Qu'est-ce donc que le temps ? Qui pourra l'expliquer clairement et en peu de mots ? Qui pourra, pour en parler convenablement, le saisir même par la pensée ? » ) Cette année, Lire aux Eclats vous invite donc à vous porter vers le mystère du temps qui passe.

L'équipe de Lire aux Eclats